Une carte postale sonore ? C’est quoi ?

Tout le monde a déjà envoyé une carte postale, ce bout de carton sur lequel on peut voir une photo, un paysage, un dessin. Ce quelque chose parfois cliché parfois réaliste qui nous rappelle un voyage, un ailleurs et nous donne envie de partir ou de rejoindre celui ou celle qui nous l’a adressée par la poste. Ce bout de carton que l’on est si content de trouver dans sa boîte à lettres, car alors on sait que l’on pense à nous.

EH BIEN … une carte postale sonore, c’est une carte postale avec le son en plus.  Aussi, ce n’est pas les yeux qui lisent comme en photographie, c’est l’oreille qui décrypte les sons.  Une infinité de sons. Et à travers l’oreille, on voyage loin très loin parfois et aussi près tout près. On entend alors des sons que l’on n’entendait pas, qu’on ne voyait pas, car il est parfois difficile de tendre l’oreille dans le brouhaha du monde. On dit aussi cacophonie. C’est drôle, non ? Et bien, avec la carte postale sonore c’est l’inverse, notre oreille est à l’affût, aiguisée, en marche, en vie, sensible, tendue.

C’est un terme qui vient de la radio qui permet de voyager avec le oreilles dans un quartier, un pays. Comme on dit photographie, on dit phonographie.

Comment ça marche ?

Le support : un fichier MP3 ou AIFF. Le contenu : Une composition sonore, on dit aussi une création sonore, enfin quelque chose que l’on a fabriqué à partir d’une prise de sons dans un environnement naturel ou urbain, parlé ou chanté. Cela dépend des goûts, des humeurs, des envies. Ce montage peut aller de 2, à 10 minutes. Parfois les boucles,  superpositions, changement de vitesses ou effets en font un objet sonore musical. Parfois les sujets choisis, les textes ou questions en font un témoignage qui évoque le documentaire sonore.

Alors comment on l’envoie cette carte postale sonore ? Simplement par courrier électronique, par mél, par mail donc ! Elle peut être podcastée, gravée sur un CD, téléchargée sur un Ipod ou mise en ligne. On l’écoute aussi ensemble afin de partager ce que l’on a entendu.